Les erreurs de débutant en photographie

1

Débuter en photographie n’est forcément pas chose donnée, car cela nécessite la maîtrise de l’appareil et des techniques photographiques. Mais commencer signifie aussi faire des erreurs. D’ailleurs quel professionnel de l’image n’a pas fait des erreurs au début de sa carrière ? Tout le monde en a fait. Cet article parle justement des erreurs courantes généralement commises par les photographes débutants.

Un photographe commet toujours l’erreur de tout photographier en automatique. Si celui-ci souhaite réussir ses photos, il est préférable de reprendre le contrôle des réglages de l’appareil. Même si l’appareil est perfectionniste, il ne fera forcément pas le bon choix pour votre prise de vue.

Une autre erreur effectuée par les photographes débutants est le fait de ne pas vérifier ses réglages. Il est possible qu’il ait laissé ses réglages de sa dernière séance photo. La solution est simple : pensez à vérifier votre appareil pour vous assurer que les réglages sélectionnés correspondent bien à votre prochaine prise de vue.

Photographier uniquement en jpeg est aussi une erreur commune chez les photographes débutants. En privilégiant ce mode de photo, l’appareil photo applique automatiquement un ensemble de corrections à l’image prise. En d’autres termes, le post traitement est effectué par le logiciel interne de l’appareil, mais pas par le photographe.

Trier ses photos sur l’écran de son appareil fait également partie des erreurs des photographes débutants. Il est plutôt conseillé de faire le tri de ses photos devant un ordinateur, car c’est le meilleur moyen de voir toutes les subtilités des photos prises. Photographier avec un flash intégré est aussi une erreur à ne pas commettre lorsqu’on est un photographe débutant.

Publicités

La photographie d’architecture

1

Chaque photographe dispose d’un style qui lui est propre que lui seul en connaît les secrets. Plus il s’entraîne, plus il acquiert de l’expérience. Ce qui lui permet de s’imposer, que ce soit à travers ses œuvres ou par sa façon de penser. Pour se différencier des autres, tous les photographes doivent maîtriser leur terrain et savoir sublimer leurs photos. En termes de photographie d’architecture, par exemple, il existe plusieurs techniques pour mettre un bâtiment en valeur.

Par définition, la photographie d’architecture est l’art de prendre en photo des monuments ou des bâtiments. En général, le photographe d’architecture est chargé de prendre des images extérieures ou des aspects extérieurs d’un immeuble, de ses aménagements et de sa structure. Par ailleurs, il peut être amené à les immortaliser au niveau de différentes phrases (destruction, construction ou réaménagement). Pour obtenir de belles images, un professionnel de l’image doit se servir de matériels perfectionnés et de techniques avancées.

Lorsqu’on se lance dans la photographie d’architecture, il est essentiel d’étudier l’édifice à traiter. En faisant cela, vous pouvez repérer facilement les lignes verticales, les lignes horizontales et les distorsions. Un atout non négligeable pour le choix des méthodes à adopter. Dans le cas de l’utilisation d’un trépied, l’usage d’un appareil photo droit ou encore l’usage d’un logiciel, sera nécessaire. Pour ce qui est de la lumière, vous devez privilégier une belle lumière.

Il vous faudra également faire preuve de patience pour déterminer le bon moment pour photographier. Coté matériels, privilégiez le grand angle. Ceci vous permettra de cadrer entièrement la bâtisse à photographier. Et si vous avez la possibilité de visiter de l’intérieur du bâtiment, prenez des clichés des fresques ou des vitraux. Ceci apportera un petit plus à vos photos d’architecture

Les stages de photographie

1Pour devenir meilleur dans le domaine de la photographie, il est extrêmement important de se former et de s’entraîner. L’idéal serait d’apprendre auprès des établissements qualifiés. Il existe des formations où les photographes débutants et les faux débutants peuvent suivre. Pour ceux qui souhaitent aller plus loin et grimper les échelons, les stages de photographies offrent un aperçu de ce qu’ils vont vivre lorsqu’ils seront diplômés, ou bien de ce qui les attend en tant que professionnel de l’image.

Un photographe est une personne qui vise la perfection, et qui prend soin de chaque détail. Pour un nouveau dans le domaine, il est assez compliqué de tout maîtriser d’un seul coup. C’est pour cela que celui-ci doit apprendre non seulement à travers les cours, mais également en suivant des stages. Cependant, avant de choisir un stage de perfectionnement, il faut effectuer des recherches sur le centre de formation à intégrer, le lieu à explorer…

Sur certains sites, par exemple, les stages sont proposés sous forme de thème. On distingue les stages pour enfants avec des activités ludiques, les stages pour ados parfaits pour les vacances, les stages en studio, ainsi que les stages en groupe. Pour faire son choix, il serait préférable d’enquêter sur les entreprises qui les proposent. Il existe une différence majeure entre les formations dispensées par des photographes professionnels et celles offertes par des particuliers.

Surtout, évitez les stages proposés par des institutions sans statut. Ensuite, il faudrait aussi s’informer sur le formateur. C’est en rencontrant son instructeur que l’on peut juger de ses compétences. Une fois que vous aurez fait votre choix, informez-vous sur la durée et le prix du stage. Si vous êtes débutant, optez pour les stages de longue durée adaptés à votre budget.

Photographier à pic en photo culinaire

1

La photographie culinaire est un secteur qui attire de plus en plus de photographes. Comme tous les autres secteurs, la maîtrise de celle-ci nécessite un bon nombre de techniques. La prise de vue à pic ou top view en fait partie. Cette technique consiste à mettre le plat en avant au-dessus de la scène, avec de jolies photos originales comme résultat. Mais maîtriser cette technique ? La réponse : dans cet article.

Position

En prise de vue à pic, la meilleure position à adopter par le professionnel de l’image n’est autre que la prise de hauteur. Pour cela, deux choix s’offrent à vous : soit vous posez directement votre scène par terre, soit vous laissez votre scène sur la table. Vous choisirez en fonction du poids de votre appareil, ainsi que de vos capacités physiques.

Trépied

Si vous souhaitez effectuer régulièrement des prises de vus à pic, pensez à vous procurer un trépied, mais pas n’importe lequel. Optez pour un trépied muni d’une colonne débrayable permettant de mettre l’appareil à l’horizontal au-dessus de votre scène. Vous pouvez aussi choisir un trépied avec télécommande, qui vous laissera vous mettre en scène facilement.

Choix de l’ouverture

L’ouverture à adopter varie selon la hauteur à laquelle le photographe se place. Ceux qui souhaitent photographier la scène dans l’ensemble doivent adopter une petite ouverture. Ceux qui veulent se rapprocher de leur sujet principal peuvent opter pour une plus grande ouverture.

Couleur

En photographie culinaire, le fond compte aussi, car il fait partie de l’image en question. Pour ce faire, utilisez un fond coloré. Une planche de médium peinte ou bien une grande feuille de papier peuvent suffire pour la vue à pic.

Disposition des éléments

Pour la disposition des éléments, il n’existe pas de règle à appliquer. Le photographe peut poser ses éléments comme bon lui semble.

Dynamisme

Le dynamisme peut être apporté par la présence d’une main sur la photo. Pour ce faire, intégrez une ou plusieurs mains sur votre photo, histoire de mettre de la vie dans vos prises de vue.

Comment tenir ses résolutions en photo ?

1

A chaque fin d’année ou en début d’une nouvelle année, les photographes professionnels prennent des résolutions. Ces dernières sont le résultat de maintes et maintes réflexions. Une fois les résolutions entre les mains, un autre défit se présente à nous : arriverons-nous à les appliquer ? Les conseils suivants vous aideront à tenir vos résolutions.

Test pendant un mois

Cette astuce fonctionne bien dans de nombreux domaines. Le principe est simple : le professionnel de l’image doit se forcer à appliquer sa décision pendant un mois. Par exemple, si vous avez choisi de faire une photo tous les jours, appliquez-vous. Si au bout d’un mois, prendre une photo par jour n’est plus un effort pour vous, vous pouvez continuer, car cette résolution est devenue une habitude pour vous.

Intégration à la routine

Ce cas dépend du type de résolution pris par le photographe. Ceci va se faire naturellement, car une fois que quelque chose a été intégré dans votre quotidien, il vous sera difficile de vous en défaire.

Des objectifs réalisables et quantifiables

Pour tenir efficacement ses résolutions, fixez-vous des objectifs réalisables et quantifiables. Dans ce sens toujours, ne vous fixez pas 12 bonnes résolutions. Une ou deux seront largement suffisant.

Stabilisez pour avoir des images nettes

1

De belles images nettes peuvent être la signature d’un photographe professionnel. Plusieurs images, cependant, manquent de netteté. Ceci peut être du à cause de plusieurs facteurs techniques. Mais comment parvenir à réaliser de belles photos bien nettes ? La réponse est simple : stabilisez.

Une grande partie du manque de netteté d’une image provient du fait que l’appareil photo manque de stabilité. Ceci peut produire un léger flou sur la photo. Pour y remédier, le professionnel de l’image doit tenir son appareil correctement. Vous devez tenir fermement l’appareil à deux mains.

Voici ce que vous devez faire : la main droite tient la poignée et la main gauche soutient l’objectif par le dessous. Tenez l’appareil le plus proche possible de votre corps, appuyez votre bras contre vous, et tenez fermement sur vos jambes. S’il vous est possible, appuyez-vous contre un mu, un arbre ou bien tout ce qui puisse vous rendre plus stable.

Ensuite, pour résoudre les problèmes de manque de netteté, optez pour des objectifs stabilisés. Ce type d’objectif permet en effet de réaliser des images plus nettes assez facilement. Pensez également à utiliser un trépied, car c’est la manière la plus efficace d’éviter tout flou de bougé. Cependant, notez que les trépieds ne se valent pas, il vous faut investir pour vous en procurer.

Tout sur la photographie culinaire

1

Qui n’a pas encore salivé devant l’image de bons petits plats ? Mis à part la saveur du plat, la photographie culinaire en est la principale cause. En effet, la photographie culinaire est devenue l’un des styles les plus adoptés des photographes professionnels. Mais comment cela se fait-il ? La cuisine n’a jamais suscité autant d’intérêt. La preuve, la télévision, la radio, la presse… consacre au moins un sujet ou une émission entière à ce propos.

Selon les professionnels de l’image, une photographie culinaire réussie est une prise de vue qui donne immédiatement l’envie de reproduire la recette ou le plat affiché. Les critères qui comptent énormément en photo culinaire ne sont autres qu’une belle lumière, une jolie mise en scène, ainsi que de jolies couleurs. Ceci est, en effet, une manière de faire refléter efficacement l’authenticité d’une recette, mais aussi le plaisir que le cuisinier a pris en cuisine. Les photographies culinaires en studio suscitent également l’attention d’un bon nombre de public.

Devenir un bon photographe n’est pas une situation qui s’improvise. En effet, le métier de photographe culinaire nécessite bon nombre de qualités. Mais la qualité la plus importante à adopter, si l’on souhaite devenir un excellent photographe culinaire, n’est autre que le sens de l’organisation. La nourriture est périssable, et certaines recettes ne peuvent pas attendre. C’est le parfait exemple de la vapeur d’un plat, la glace, l’espuma, les herbes fraîches, le glaçage… Prendre en compte le temps sur les recettes est primordial pour photographier au bon moment. D’où la nécessité du sens de l’organisation.