Angles de prise de vue en photo culinaire : frontal

1

La photographie culinaire, comme toutes les autres disciplines photographiques, nécessite la maîtrise de plusieurs angles pour faire ressortir l’image du sujet à photographier. La méthode frontale en fait partie. D’ailleurs, tous les photographes spécialisés dans la photo culinaire doivent manipuler cette technique. Mais si tel n’est pas votre cas, voici ce que vous devez faire pour la maîtriser.

La technique de prise frontale consiste à se placer à la même hauteur que le plat, l’appareil photo parallèle au sujet. Ceci vous permettra d’obtenir une vue frontale intéressante si vous souhaitez mettre l’accent sur la superposition des éléments d’une recette (mille-feuilles, hamburgers, verrines…). L’angle de vue frontale aide énormément lorsque le photographe souhaite montrer l’intérieur d’une part de gâteau ou de tarte.

Cependant, l’angle de vue frontale est difficile au niveau de la gestion de l’arrière-plan. Se placer verticalement à la scène peut aussi suggérer l’extérieur de la scène. Mais, il existe plusieurs solutions pour y remédier. Ceux qui veulent un arrière-plan neutre n’auront qu’à placer leur scène contre un mur. Ils peuvent aussi placer un fond. Une autre solution consiste à utiliser une très grande ouverture pour rendre le fond méconnaissable. Pensez aussi à vous approcher de votre plat pour réduire la présence d’un arrière-plan au maximum.

Publicités

Tout sur les objectifs

1

Qui ne connaît pas l’objectif photographique ? Toujours manié par les photographes professionnels, il s’agit d’un système optique convergent formé par plusieurs lentilles et miroirs. Celui-ci permet d’avoir des images réelles sur la surface sensible d’un appareil photo. Voici alors, quelques caractéristiques des objectifs.

L’objectif définit la qualité finale de l’image capturée par un professionnel de l’image. Associer un excellent boîtier avec un objectif d’entrée de gamme n’apporte que des résultats décevants. Mais, utiliser un objectif plus professionnel sur un appareil de niveau intermédiaire vous permettra d’obtenir des très belles images. Pensez à différencier les objectifs à focales variables communément appelés zoom des objectifs à focales fixes. Les zooms offrent la possibilité de faire varier la focale pour vous rapprocher ou pour vous éloigner de votre sujet. Les focales fixes sont immobiles. Votre corps va jouer le rôle d zoom. Souvent, ce genre d’objectif offre des images plus nettes et plus lumineuses. Les objectifs à focale standard sont proches de la vision humaine. Et les objectifs macro permettent de vous approcher de votre sujet.

Cependant, sachez que le choix de vos objectifs dépend énormément de la discipline photographique que vous pratiquez (photo culinaire, photo de rue, portrait, photo aquatique, macrophoto…).

Le choix du bon sujet en noir et blanc

1

Réussir une photo en noir et blanc, bien que cela semble être facile, n’est pas toujours évident pour un photographe professionnel. Parfois, celui-ci peut se retrouver avec des photos grisâtres avec peu d’intérêt. Le choix du sujet peut également être facteur déterminant pour la réussite d’une photo en noir et blanc. Voyez pourquoi.

En photographie, le sujet est un élément extrêmement important. Bien que le noir et blanc peut convenir à des sujets différents, un professionnel de l’image peut donner un impact bien plus fort à une image en tenant compte de certains critères.

La texture des objets est souvent mis en avant par le noir et blanc. La couleur a tendance à l’éclipser. Il peut s’agir de bois brut, de pierre, de feuilles, de peau ridée d’un homme marqué par le temps, la peau veloutée d’une jeune fille…

En noir et blanc, pensez également aux formes (principalement à celles qui se répètent), aux formes symétriques créées par la nature (spirales, vagues…).

Dernier mais non des moindres, apprenez à regarder en noir et blanc. C’est l’une des raisons pour lesquelles le noir et blanc est apprécié des professionnels de l’image. Ce format offre une autre vision sur le monde. Celui-ci n’a plus qu’à la retranscrire alors.

Maîtriser son nouveau reflex : les bases

1

Prisés par les photographes professionnels, les reflex font partie des familles d’appareils photo existant aujourd’hui. Modèle très intéressant, facile à manier, pouvant aider à mieux pratiquer…, telles sont les qualités d’un reflex. Cependant, lorsque l’on vient d’avoir un nouvel appareil, on ne sait souvent pas par quoi commencer… Cet article vous aidera  tirer le meilleur de votre nouveau boîtier.

Lire le manuel

La première chose à effectuer, pour un professionnel de l’image qui vient d’avoir un nouveau boîtier n’est autre que de bien lire la notice d’utilisation. Certains peuvent en rire, mais c’est la base à ne pas sauter pour savoir à quoi servent tous les boutons de l’appareil, ainsi que pour connaître toutes les fonctionnalités offertes par le boîtier.

Bien tenir l’appareil

Un reflex ne se tient pas comme un téléphone portable ou un autre appareil, car il est plus lourd et est équipé d’un objectif dépassant nettement le boîtier. Ceci peut paraître également basique, mais un reflex nécessite une manière particulière pour le tenir. Pour ce faire, voici ce que vous devez faire. La main droite tient le boîtier fermement et la main gauche soutient l’objectif par-dessous. Une fois ceci maîtrisé, apprenez aussi à vous stabiliser en collant votre bras contre votre corps.

Noir et blanc : l’idéal pour mettre en valeur un temps couvert ou pluvieux

1

L’ambiance poétique d’un ciel de pluie fait partie des moments le plus accentués par une photographie en noir et blanc. Même si la pluie n’est pas visible sur les images, le rideau de pluie dans le lointain donne cet aspect flou à tout le paysage, créant ainsi une ambiance particulière. Les professionnels de l’image apprécient ce genre de retranscription. Cet article vous explique pourquoi le noir et blanc est le mode photo idéal pour un temps couvert ou nuageux.

Le fait que le noir et blanc soit le mode photo le mieux adapté au temps pluvieux ou couvert pourrait sembler contradictoire, car les nuages ont tendance à diminuer les contrastes. Contraste, qui rappelez-vous, sont des éléments importants en noir et blanc. Le plus souvent, les photographe professionnel photographiant en couleur se plaignent d’un temps couvert à cause d’une mauvaise lumière.

D’autre part, il s’agit du moment idéal pour photographier en noir et blanc. L’intensité de l’ambiance est accentuée par le noir et blanc. Si vous souhaitez avoir le même rendu, pensez à photographier un jour de tempête avec de gros nuages par exemple. Si vous photographiez après la pluie, sachez que le noir et blanc apporte souvent de très beaux résultats. Souvent les images produites accentuent les reflets sur le sol, et d’une manière générale sur toutes les surfaces mouillées par la pluie.

Les filtres dégradés en photographie de paysage

1

La plupart du temps, un photographe professionnel se trouve face à une scène avec une forte dynamique. Celui-ci peut s’en sortir en utilisant l’exposition à droite et en s’aidant au post-traitement. Cependant, cette alternative offre énormément de travail au professionnel de l’image. D’où le recours à l’utilisation d’un filtre dégradé.

Le filtre dégradé ou filtre gradué permet à un professionnel de l’image de réduire la dynamique de la scène directement à la prise de vue. Le principe de cet accessoire est assez simple. Une partie du filtre est transparente et l’autre est assombrie à différents degrés, et avec un dégradé plus ou moins doux.

L’utilisation d’un filtre dégradé est assez intuitive. Le photographe place le filtre devant son objectif avec un porte-filtre. On distingue plusieurs types de filtres gradués : hard ou soft. Le filtre hard s’utilise plutôt quand la limite entre le ciel et le reste est nette. En général, on l’utilise pour photographier un horizon droit. Pour cela, faites bien attention à bien placer le filtre de manière à ce que la limite ne soit pas trop évidente.

Le filtre soft dispose d’un dégradé plutôt doux. Ce dispositif s’utilise quand la limite est moins nette. Souvent, lorsque l’on ne voit pas clairement la délimitation, l’utilisation de ce genre de filtre est donc parfaitement adaptée aux scènes où la limite ciel et sol n’est pas droite.

La photographie de rue

1

La photographie de rue est une discipline qui n’attirent pas beaucoup de photographe professionnel. Excellente manière de découvrir le mode de vie des gens d’un pays, cette discipline s’avère être difficile. Sans doute le photographe doit combler l’écart entre sa vision et les vrais résultats de la photographie de rue.

Mais pour être efficace en photographie de rue, un photographe doit savoir que les images doivent se concentrer sur un aspect à la fois. Et pour s’améliorer, rien de plus naturel que de s’exercer. Commencez par prendre quelques photos sans avoir un but précis, puis analysez vos trouvailles. Vous pourrez ainsi voir ce que vous aimez et ce que vous n’appréciez pas dans vos images. Pour ce faire, prenez une feuille de papier et notez-y ce que vous aimez ou pas. Ceci fera office d’analyse de votre prise.

Cet exercice tend vers un unique but : que vos photos de rue représentent parfaitement votre personnalité. Alors, tâchez d’être à 100% honnête avec vous-même. C’est un moyen qui vous aidera à vous perfectionner rapidement. Par exemple, avec une liste de 50 choses que vous n’appréciez pas, vous aidera à identifier ce que vous devrez améliorer pour des photos de rues réussies.